موقع أخبار تطوان 24
آخر الأخبار :

Françoise Héritier, une femme : une cause.

L

'anthropologue est morte dans la nuit de mardi à mercredi à l'âge de 84 ans. Cette figure du
féminisme moderne cherchait surtout à éradiquer la domination masculine.

Réflexions sur la domination masculine.


"Je ne me sentais pas née pour être dominée", disait l'anthropologue. Sa carrière durant, elle se focalisait sur l’étude des alliances matrimoniales et sur les systèmes de parenté. Les différences des sexes et notre système de pensée, qui repose sur le principe de la domination masculine constituaient le centre de ses intérêts. Elle a œuvré systématiquement a travers ses travaux d’abolir la discrimination entre le masculin et le féminin.

Sur les pas de Sand et de Simone de Beauvoir.

Incontestablement, Françoise Héritier est une pionnière. «C’est une grande dame, une penseuse fondamentale pour le XXe siècle », affirme l’historienne, spécialiste de l’histoire des femmes, Michelle Perrot. « Elle a donné au féminisme des instruments pour se penser. Son apport est fondamental. Il restera comme le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir.» souligne toujours Perrot. Féministe, cependant, elle l’était à sa manière, elle ne se voyait pas défiler dans des manifestations. «Ah non pas moi…» disait-elle. Son corps ne lui obéissait pas pour accomplir une semblable affaire. Elle transmettait ses messages au biais des pétitions, et principalement à travers ses apports théoriques ; comme l’a fait déjà la célébré féministe du 19 éme siècle ; George Sand, dans ses Lettres à Marcie . Mais le féminisme ce n’était pas sa seule préoccupation, vu qu’elle se passionnait pour l’anthropologie.

Succession de Claude-Lévi Strauss et innovation de sa propre anthropologie.


Avec à peine deux licences en poche, elle succède à Claude Lévi-Strauss au Collège de France. Sa chaire avait pour titre: "Étude comparée des sociétés africaines". Elle dirige en parallèle le Laboratoire d'anthropologie sociale où elle exerce en tant qu’enseignante jusqu'en 1998.
Tout en emboitant le pas à Claude Lévi-Strauss sur les systèmes de parenté, Françoise Héritier parvient à fonder sa propre anthropologie. En effet, là où son maître cherchait l’origine des grandes oppositions binaires (inférieur-supérieur, cru-cuit, terre-ciel…) dans l’organisation universelle de l’esprit humain, la disciple a feuilleté dans le substrat anatomique pour démontrer qu’il sous-tend toute notre façon de lire le réel et conséquemment d’organiser le monde.

Une carrière riche et une récompense méritée.


Françoise Héritier est l'auteure de nombreux livres, dont Le Goût des mots (2013) et Le Sel de la vie (2012). Ella reçu le Prix Fémina le 8 novembre dernier pour l'ensemble de son œuvre. Elle a publié récemment son dernier ouvrage : Au gré des jours où selon son éditeur Odile Jacob, elle exprime, "son amour des mots et son goût de vivre". Vivante, elle le restera toujours à travers ses travaux et ses textes.





نشر الخبر :
رابط مختصر للمقالة تجده هنا
http://tetouan24.com/news7523.html
نشر الخبر : هيئة التحرير
عدد المشاهدات عدد المشاهدات
عدد التعليقات : التعليقات
أرسل لأحد ما طباعة الصفحة
التعليقات